Photo du diapo numero 1.jpgPhoto du diapo numero 2.jpgPhoto du diapo numero 3.jpgPhoto du diapo numero 5.jpgPhoto du diapo numero 6.jpgPhoto du diapo numero 7.jpgPhoto du diapo numero 8.jpgPhoto du diapo numero 9.jpgPhoto du diapo numero 11.jpgPhoto du diapo numero 12.jpgPhoto du diapo numero 13.jpgPhoto du diapo numero 14.jpgPhoto du diapo numero 15.jpgPhoto du diapo numero 16.jpgPhoto du diapo numero 17.jpgPhoto du diapo numero 18.jpgPhoto du diapo numero 19.jpgPhoto du diapo numero 20.jpgPhoto du diapo numero 21.jpgPhoto du diapo numero 22.jpgPhoto du diapo numero 23.jpgPhoto du diapo numero 24.jpgPhoto du diapo numero 25.jpgPhoto du diapo numero 26.jpg

Présentation du village

Présentation

Chevenon bourgade de 634 habitants du département de la Nièvre est située entre Loire et Allier à 12 km au sud de Nevers et à 3 km à l’est d’Imphy et est traversée par le canal latéral à la Loire .

La commune est rattachée à la Communauté de Communes Loire et Allier et fait partie du canton de Saint-Pierre-Le-Moutier.

C’est un bourg à vocation rurale (culture et élevage) et résidentiel (lotissements des Chaumes, du Parc et du Buisson Merle).

La commune est étendue (superficie de 32,94 km2), mais en dehors des fermes situées à la périphérie, ses habitations s’étalent au long de la D13 et de la D200.

Histoire


Les origines lointaines remontent vraisemblablement à l’âge du bronze. Quelques vestiges retrouvés au lieu-dit l’Atelier semblent attester également d’une occupation à l’époque gallo-romaine.

Mais la véritable histoire de Chevenon commence au Moyen-âge avec la construction de l’église Saint-Martin dont la partie la plus ancienne remonte au XIIème siècle et par l’édification du château féodal au XIVème siècle.

L’actuelle commune de Chevenon était autrefois moins étendue car la partie sud correspondait à la commune de Jaugenay. En 1834’ les deux communes fusionnèrent pour former Chevenon-Jaugenay jusqu’en 1923, date à partir de laquelle on ne conserva que l’appellation Chevenon. De cette commune de Jaugenay ne subsiste que la chapelle Saint-Etienne et quelques maisons.


Le Château


Il a été construit au 14èmè siècle par Guillaume de Chevenon qui était capitaine des tours de Vincennes sous le règne de Charles V. Sa construction présente des similitudes avec le château de Vincennes.

Il était autrefois entouré de fossés et protégé par une muraille flanquée de tours d’angle et accessible par un pont-levis. Tout cela fut démoli en 1770, puis ce qui restait des fossés fut comblé et les vestiges des murailles furent détruits.

Il apparaît actuellement constitué par un donjon flanqué de deux tours rondes sur le devant ainsi que de deux tourelles demi-circulaires encadrant le porche d’entrée en forme d’ogive ; tours et tourelles sont reliées entre elles par des mâchicoulis au niveau supérieur. A l’arrière, la façade est également flanquée de deux tourelles carrées latérales. A gauche du porche s’élève une autre tour carrée qui abrite un escalier à vis.

L’église Saint-Martin

Eglise de pur style roman nivernais.

Sa construction débute au 12ème siècle avec le chœur la nef et le clocher. Le chœur actuel est plat mais on pense qu’une abside semi-circulaire le fermait à l’origine. Son clocher carré est placé entre la nef et l’ancienne abside. Il possédait à l’origine un seul étage, mais un second a été élevé ensuite. Il est ajouré sur chaque face et terminé par une courte pyramide.  Sa cloche datant de 1507 a été offerte par la famille de La Platière qui possédait les fiefs d Urzy, de Prye et d’Imphy.

 Remanié au 15ème siècle, le bâtiment connaît des vicissitudes au 18ème et au 19 ème siècles . Les fonds manquent pour son entretien et les curés envoient  lettres et pétitions aux différentes tutelles. Il faut attendre la fin du 19ème siècle pour que sa situation soit définitivement rétablie.

L’église a été rénovée intérieurement à la fin du siècle dernier et extérieurement en 2005.   


Lavoir municipal (route du château).

 
En 1881, le conseil municipal décide de construire un lavoir public dans le bourg. C’est l’époque où beaucoup de communes de la Nièvre, suivant des incitations préfectorales, font ces investissements destinés à améliorer les conditions d’hygiène et de confort des habitants et des lavandières.

Lieu privilégié de nos aïeules où les potins étaient commentés de manière savoureuse, il ne servira plus beaucoup après la seconde guerre mondiale. Laissé à l’abandon durant de nombreuses années, il a été rénové en 1994 par la municipalité soucieuse de conserver le patrimoine de la commune.

 

La chapelle de Jaugenay (sur la D13).


La commune de Jaugenay possédait une petite église dédiée à Saint-Etienne. Datant de la seconde moitié du 12èmè siècle, elle fut paroissiale jusqu’à la Révolution lors de laquelle elle fut dépouillée de ses sculptures. Le presbytère fut d’abord vendu, puis en 1832, le cimetière et l’église furent cédés comme biens nationaux et le sanctuaire se retrouva transformé en grange à foin.

La paroisse n’ayant plus d’existence cultuelle, le village de Jaugenay périclite puis est rattaché à Chevenon en 1834. La nouvelle commune s’appellera Chevenon-Jaugenay jusqu’en 1923.

 La transformation de l’église en bâtiment agricole a assuré sa sauvegarde. Une partie fut classée monument historique en 1946, puis la totalité en 1976. A l’initiative de la Camosine, cet édifice fut  restauré et ainsi sauvé de la ruine. 

 

Le canal latéral à la Loire

 

 

Le canal latéral à la Loire, ouvert en 1838 est un ouvrage hydraulique qui va de Digoin à Briare. Long de 196 km, il débute en Bourgogne dans le département de Saône-et-Loire, traverse celui de la Nièvre, pénètre en région centre et rejoint le canal de Briare au sud-est du Loiret. 

 

 


Mentions légales - Conception Web Performance